02 - Les inoubliables : Jean Ferrat

Les inoubliables

 

 


 

 

 

Jean Ferrat, pseudonyme de Jean Tenenbaum, est  parolier, musicien, compositeur et chanteur français né le 26 décembre 1930 à Vaucresson (Hauts-de-Seine) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas1 en Ardèche.

À la fois chanteur engagé et chanteur de charme, auteur de chansons à textes, il est aussi compositeur, et met notamment en musique de nombreux poèmes de Louis Aragon. Jean Ferrat est proche des idées communistes, mais critique envers le Parti communiste français et l'URSS. Bien que peu présent dans les médias et malgré un retrait de la scène à quarante-deux ans, il connaît un grand succès aussi bien critique que commercial, fondé autant sur sa voix grave et chaude que ses prises de position politiques et sociales.

 

Pour lire la suite, cliquer sur

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Ferrat

   le site officiel

 

Chaude et grave, lyrique et "noueuse comme un pied de vigne", la voix de Jean Ferrat est entrée dans les foyers français en 1964 avec La Montagne. L'époque était au règne des copains sur les transistors, au twist et au yé-yé, au consumérisme de l'american way of life. A contre-courant, Jean Ferrat, mort samedi 13 mars 2010 en début d'après-midi, à l'âge de 79 ans, à l'hôpital d'Aubenas (Ardèche), toucha le pays avec sa chronique douce-amère de l'exode rural, dénonçant les mirages du progrès, du "Formica et du ciné". Avec son hautbois mélancolique, La Montagne est restée….

 

Pour lire la suite, cliquer sur

http://www.lemonde.fr/carnet/article/2010/03/15/jean-ferrat_1319296_3382.html

 

 

 

 

 

Ecouter…

 

 

Ecouter Jean Ferrat

 

 



 

 

      


 

 

 

 

Ils en ont dit …

 

La mort de Jean Ferrat, le chanteur engagé

  

Ses mots…

 

 

Au printemps de quoi rêvais-tu? 

Vieux monde clos comme une orange, 

Faites que quelque chose change, 

Et l'on croisait des inconnus 

Riant aux anges 

Au printemps de quoi rêvais-tu? 

Au printemps de quoi riais-tu? 

Jeune homme bleu de l'innocence, 

Tout a couleur de l'espérance, 

Que l'on se batte dans la rue 

Ou qu'on y danse, 

Au printemps de quoi riais-tu? 

Au printemps de quoi rêvais-tu? 

Poing levé des vieilles batailles, 

Et qui sait pour quelles semailles, 

Quand la grève épousant la rue 

Bat la muraille, 

Au printemps de quoi rêvais-tu? 

Au printemps de quoi doutais-tu? 

Mon amour que rien ne rassure 

Il est victoire qui ne dure, 

Que le temps d'un Ave, pas plus 

Ou d'un parjure, 

Au printemps de quoi doutais-tu? 

Au printemps de quoi rêves-tu? 

D'une autre fin à la romance, 

Au bout du temps qui se balance, 

Un chant à peine interrompu 

D'autres s'élancent, 

Au printemps de quoi rêves-tu? 

D'un printemps ininterrompu

 

 

Chanson: Je Ne Suis Qu'un Cri

 

 

Je ne suis pas littérature 

Je ne suis pas photographie 

Ni décoration ni peinture 

Ni traité de philosophie 

Je ne suis pas ce qu'on murmure 

Aux enfants de la bourgeoisie 

Je ne suis pas saine lecture 

Ni sirupeuse poésie 

Je ne suis qu'un cri 

Non je n'ai rien de littéraire 

Je ne suis pas morceaux choisis 

Je serais plutôt le contraire 

De ce qu'on trouve en librairie 

Je ne suis pas livre ou bréviaire 

Ni baratin ni théorie 

Qu'on range entre deux dictionnaires 

Ou sur une table de nuit 

Je ne suis qu'un cri 

Je n'ai pas de fil à la patte 

Je ne viens pas d'une écurie 

Non je ne suis pas diplomate 

Je n'ai ni drapeau ni patrie 

Je ne suis pas rouge écarlate 

Ni bleu ni blanc ni cramoisi 

Je suis d'abord un cri pirate 

De ces cris-là qu'on interdit 

Je ne suis qu'un cri 

Je ne suis pas cri de plaisance 

Ni gueulante de comédie 

Le cri qu'on pousse en apparence 

Pour épater la compagnie 

Moi si j'ai rompu le silence 

C'est pour éviter l'asphyxie 

Oui je suis un cri de défense 

Un cri qu'on pousse à la folie 

Je ne suis qu'un cri 

Pardonnez si je vous dérange 

Je voudrais être un autre bruit 

Être le cri de la mésange 

N'être qu'un simple gazouillis 

Tomber comme un flocon de neige 

Être le doux bruit de la pluie 

Moi je suis un cri qu'on abrège 

Je suis la détresse infinie 

 

Je ne suis qu'un cri

http://www.parolesmania.com/paroles_jean_ferrat_15393/alpha.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :